Skip to main content
Back

Soyez ingénieux. Développer l’appareil idéal.

Les opportunités et les défis auxquels sont confrontés les fabricants d'appareils intelligents et pourquoi chaque élément de leurs solutions connectées est important.

Quand on songe aux appareils connectés avancés, il est facile de négliger l’appareil.

Tout tourne autour du réseau Internet, de l’application, du cloud, des plateformes, de la 5G, du Wi-Fi 6, de l’apprentissage intégral, des réseaux maillés et des dizaines d’autres technologies de logiciels et de connectivité qui alimentent l’Internet des objets (Internet of Things : IoT) actuel. Même lorsque quelqu’un tient son smartphone, il est probable qu’il ne se préoccupe que des fonctionnalités de l’application. L’appareil est considéré comme acquis.

Les appareils physiques méritent plus de considération. Surtout quand on sait que le premier appareil à être connecté à Internet était un modeste distributeur de boissons gazeuses à Pittsburg, en Pennsylvanie, en 1982. Capable de renseigner sur le nombre et la température des canettes qu’elle contenait, la machine était connectée à l’ARPANET, un prédécesseur de l’internet actuel. Au final, c’est l’appareil et ce qu’il offrait qui importait vraiment à ses utilisateurs.

Plus important encore, il allait devenir le premier appareil connecté parmi des milliards.

Mais il y a 40 ans, le simple fait de penser à un tel monde connecté aurait relevé de la science-fiction. Ce n’est qu’en 2008 et 2009 que le nombre d’appareils connectés a dépassé celui des personnes qui les utilisent (en 2011, le Cisco Internet Business Solutions Group a déclaré que ces années marquaient la véritable naissance de l’internet des objets).

À peine deux décennies plus tard, l’industrie de l’IoT vaut plus de 380 milliards de dollars américains et le chiffre d’affaires du marché international de l’IoT devrait atteindre plus de 1 000 milliards de dollars américains d’ici 2030. Cette même année, on estime que les appareils connectés atteindront près de 30 milliards, soit 4 appareils pour chaque personne.

Le potentiel est illimité. D’autant plus que le secteur se diversifie rapidement, comme l’a noté McKinsey Digital, qui a défini neuf domaines différents de l’IoT qui génèrent actuellement de la richesse :

  1. Humain : dispositifs portables et ingérables
  2.  Maison : systèmes de sécurité et dispositifs de contrôle
  3.  Environnements de vente au détail : Optimisation des stocks, caisses automatiques
  4.  Bureaux : Gestion de l’énergie, amélioration de la productivité
  5.  Usines : Efficacité opérationnelle, optimisation de l’utilisation des équipements
  6.  Chantiers : Maintenance prédictive, santé et sécurité
  7.  Véhicules : Maintenance conditionnelle, analyse avant-vente
  8.  Villes : Contrôle adaptatif du trafic, gestion des ressources
  9.  Extérieur : Navigation connectée, suivi des expéditions.

Cette liste correspond également aux données de l’IoT Analytics portant sur 1600 projets IoT d’entreprise annoncés publiquement, qui ont montré que la part mondiale des projets se situait dans les segments IoT suivants : Ville intelligente (23 %), Industrie connectée (17 %), Bâtiment connecté (12 %), Voiture connectée (11 %), Énergie intelligente (10 %), Autres (8 %), Santé connectée (6 %), Chaîne d’approvisionnement connectée (5 %), Agriculture intelligente (4 %) et Commerce intelligent (4 %).

L’IoT ne s’étend pas seulement dans de nouveaux secteurs. Elle devient également plus spécialisée dans divers domaines. C’est le cas de l’IoT industriel (dans le cadre de l’industrie 4.0) et de l’Internet des objets médicaux.

shapes of a city and smart devices

Tout sera connecté. Les grandes tendances de l'IoT. Image © Pixabay

illustrated-people-stand-together-and-celebrate-testbirds-success-story

Quelles sont les tendances ? Le développement durable et l'IoT !

De l’optimisation de l’énergie à la surveillance de l’environnement, les appareils IoT sont un outil utile pour atténuer le changement climatique et pour être à l’avant-garde de ce que la Commission Européenne a appelé l’industrie 5.0 !

Les capteurs peuvent être utilisés pour surveiller l’utilisation de l’eau, contrôler la pollution de l’air, et même aider à réduire les déchets (par exemple, les poubelles équipées de capteurs peuvent indiquer aux autorités quand elles sont presque pleines, de sorte que les camions peuvent être utilisés plus efficacement !)

Pour les fabricants d’appareils, cela représente un grand nombre d’opportunités, et dans les années à venir, il est difficile d’imaginer un pays, une industrie ou un individu qui ne sera pas affecté par cette connectivité. D’autant plus que les technologies matérielles continuent d’évoluer. Par exemple, le Rapport 2022 sur les technologies IoT émergentes de IOT-Analytics a identifié les technologies matérielles suivantes à surveiller :

Celles qui approchent de la maturité, comme le Tiny Machine Learning, les Edge Data Centers, les Chiplets, les Micro Data Centers, la technologie AR et les capteurs connectés au cloud. Celles qui sont prometteuses dans les années à venir, comme les capteurs sans fil et sans batterie, les passerelles optimisées pour l’apprentissage automatique, les puces neurosynaptiques et les puces génératrices de nombres aléatoires quantiques. Puis les technologies que nous verrons davantage à l’avenir, notamment l’informatique quantique et les capteurs biodégradables.

En fin de compte, la seule limite pour les fabricants sera leur imagination.

Mais malgré toutes les opportunités, il existe de nombreux défis à relever pour réussir à développer un appareil connecté qui, souvent, doit plaire à diverses personnes dans des environnements variés.

Relever le défi

Au niveau organisationnel, un rapport de Recherche de Beecham a relevé quatre défis importants qui entraînent l’échec d’un projet IoT. Des objectifs commerciaux non réfléchis, des problèmes d’organisation de l’entreprise, des problèmes technologiques non prévus et des problèmes liés aux clients/fournisseurs.

Il est donc clair que vous devez définir des objectifs clairs, impliquer l’ensemble de votre entreprise, faire des recherches sur les technologies que vous souhaitez utiliser ou que vous pourriez avoir à utiliser, et demander de l’aide si nécessaire. 

Cependant, si l’on va plus loin jusqu’au dispositif IoT proprement dit, les choses commencent à devenir beaucoup plus complexes. À chaque étape du développement, il suffit de se tromper sur un élément constitutif pour faire échouer l’ensemble du projet.

testbirds-doesnt-play-venga-but-has-ux-and-qa-solutions-for-manufacturing

Image © Pixabay

Examinons cinq des défis à relever lors du développement d’appareils connectés intelligents.

Où fonctionne l’appareil

À l’intérieur. À l’extérieur. En voyageant dans une voiture. Placé sur le corps. Climat glacial. Climat chaud. Humide. Sec. Les préoccupations sont multiples lorsqu’il s’agit de l’emplacement d’un appareil. Le froid peut avoir un effet négatif sur la batterie de votre appareil. S’il fait trop chaud, votre appareil peut surchauffer. Une forte pluie peut gêner les transmissions. L’appareil pourrait être installé dans un endroit où il est susceptible d’être volé. Les régions peuvent avoir des niveaux (et une qualité) d’accès à Internet très différents.

Les problèmes liés à un appareil peuvent être aussi variés que l’environnement dans lequel il est utilisé – et certains environnements sont certainement plus difficiles. Une usine sera plus confrontée à des conditions difficiles qu’un hôpital. Il est essentiel de prendre soin de tester minutieusement votre appareil dans divers environnements et scénarios d’utilisation pour garantir sa facilité d’utilisation et sa fonctionnalité. 

Pensez aux vêtements intelligents. La veste Levi’s Trucker Jacket équipée de Jacquard par Google dispose d’un dispositif Jacquard dans la manche de la veste qui permet au porteur de la veste de réaliser divers gestes pour utiliser son téléphone (filtrer les appels, changer le volume de la musique, etc.). Le dispositif doit être capable de se connecter et de fonctionner dans diverses conditions, d’être constamment transporté, de se connecter de manière transparente à votre appareil et d’être suffisamment sensible pour ressentir les gestes à travers le tissu de la veste. Regardez ensuite le maillot de bain Neviano, qui est intégré à un capteur d’UV qui alerte le porteur lorsque les niveaux d’UV sont élevés afin qu’il puisse appliquer plus de crème solaire ou se mettre à l’ombre. Conçu pour ressembler à un médaillon à la mode, le capteur intelligent peut résister à la chaleur, au sable (potentiellement) et à l’eau.

Testbird-woman-with-many-digital-devices

Quelle est la tendance ? C'est la 5G qui est en jeu !

Au cours des deux prochaines années, la 5G passera rapidement du statut de technologie “grand public” à celui de technologie qui dynamise les appareils IoT en améliorant leur connectivité, leur vitesse et leur fiabilité.

Que votre appareil fonctionne dans une usine, qu’il aide les travailleurs à automatiser leurs tâches ou qu’il soit connecté à votre propre réseau sans fil 5G privé – comme Nokia l’a fait à Wolfsburg, en Allemagne – la puissance de traitement pure et les vitesses de transfert de données de la 5G permettront aux innovations IoT d’entrer rapidement sur le marché.

Sécurité et vie privée

La sécurité des données est une préoccupation tout à fait compréhensible pour les utilisateurs d’appareils intelligents, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises. Mais la complexité multicouche de la sécurité d’un appareil nécessite d’évaluer et de tester rigoureusement toutes les voies d’attaque potentielles, y compris le matériel, les logiciels, les communications, les plateformes et la sécurité du cloud de l’appareil.

Il s’agit notamment de déterminer si le dispositif s’intègre bien à des plates-formes de données spécifiques, si les contrôles d’accès sont corrects, si chaque voie d’attaque (chaque connexion) est minutieusement étudiée, et si le dispositif est ouvert à une attaque physique (qui peut se traduire par des dégâts au niveau du système et/ou un accès non autorisé aux données).

Il est également essentiel de s’assurer que les failles de toute application soient détectées et qu’elle ne soit pas ouverte aux attaques DDoS. Les mises à jour sont-elles effectuées régulièrement ? Le mot de passe est-il suffisamment sécurisé ? Est-il obligatoire de créer un mot de passe ? Est-il facile et évident pour un utilisateur de le changer ?

C’est là que les tests de dispositifs IoT du monde réel peuvent faire toute la différence. En plaçant l’appareil entre les mains de véritables utilisateurs, il est possible d’obtenir des informations approfondies et impartiales sur les problèmes de sécurité qui sont difficiles à reproduire en interne.

Pour avoir un aperçu intéressant de ce qui pourrait se produire lors d’une attaque coordonnée sur plusieurs appareils connectés, jetez un coup d’œil à cette récente recherche de l’université de Princeton, qui examine le potentiel des pirates informatiques à faire bien plus que changer la température de votre maison. En prenant le contrôle de centaines ou de milliers d’appareils en réseau de forte puissance, les cybercriminels pourraient potentiellement lancer une attaque coordonnée (qu’ils appellent manipulation de la demande via l’IoT) pour mettre hors service le réseau électrique.

Bien que la probabilité qu’une telle attaque se produise, et encore moins qu’elle réussisse, soit faible, elle met en évidence les nouvelles failles que créent ces appareils connectés (avec souvent peu ou pas de protections de sécurité).

Réglementations

De telles préoccupations en matière de sécurité entraînent un renforcement des réglementations autour des appareils connectés. En 2018, Gartner a indiqué que “20 % des organisations ont observé au moins une attaque basée sur l’IoT au cours des trois dernières années”, ce qui, selon eux, conduirait finalement à ce que la conformité réglementaire devienne le principal facteur d’influence pour l’adoption de la sécurité IoT d’ici 2021. Ils n’avaient pas tort.

Les problèmes de cybersécurité ont déjà conduit à l’élaboration de diverses lignes directrices, notamment le document Foundational Cybersecurity Activities for IoT Device Manufacturers du National Institute of Standards and Technology (NIST) des États-Unis, qui “décrit les activités recommandées en matière de cybersécurité que les fabricants devraient envisager d’effectuer avant de vendre leurs dispositifs IoT aux clients”, et le guide de European Telecommunications Standards Institute’s (ETSI) sur la cybersécurité pour le segment IoT du consommateur (ETSI EN 303 645), qui “spécifie les dispositions de haut niveau en matière de sécurité et de protection des données pour les dispositifs IoT du consommateur qui sont connectés à l’infrastructure du réseau”.

Avec l’apparition de nouvelles normes et, de plus en plus, de réglementations juridiquement contraignantes, tant au niveau régional que mondial, la mise en conformité va devenir plus difficile, plus complexe et plus longue. En particulier si vous avez affaire à des réglementations différentes selon les pays.

Non seulement cela nécessitera une surveillance et des mises à jour constantes pour mettre votre système en conformité avec l’évolution des réglementations, mais cela nécessitera également des tests permanents du logiciel IoT.

Connectivité

En matière de transfert de données, une connectivité fiable et rapide est essentielle. Mais une variété de facteurs peut affecter ses performances une fois connecté à Internet. Les serveurs proxy, les pares-feux, les technologies qui ne sont pas compatibles, les différents routeurs, les passerelles, les régions sans haut débit, le manque de tours cellulaires, les applications, etc.

Il faut ensuite tenir compte du type de connectivité utilisé par votre appareil. Bluetooth, Wi-Fi, communication cellulaire sans fil, satellite, Ethernet, etc. Chacun d’eux présente des défis et des avantages.

Ce qui se connecte sans problème en laboratoire peut avoir des difficultés considérables dans le monde réel. Et si vous développez des centaines (voire des milliers) d’appareils connectés, les problèmes peuvent s’accumuler très rapidement.

Voici quelques éléments à prendre en compte lorsque vous choisissez ou testez votre connectivité :

  • Signalisation : Il est important de s’assurer qu’une signalisation bidirectionnelle fiable et ininterrompue est utilisée et contrôlée, notamment en ce qui concerne la collecte et l’acheminement des données.
  • Sécurité : Examinez tous les ports ouverts et assurez-vous que le cryptage et l’autorisation sont appropriés.
  • Alimentation : le type de batterie utilisé par votre appareil peut faire toute la différence. Elle doit avoir un courant de décharge automatique aussi faible que possible, une tension de cellule optimale, être adaptée à l’appareil (rechargeable ou à usage unique) et, si elle est rechargeable, avoir un nombre raisonnable de cycles de charge.
Solutiions-with-testbirds-crowd

Quelle est la tendance ? Les solutions de soins de santé mains libres !

Il n’est pas surprenant que la croissance de l’Internet des objets médicaux se soit rapidement développée pendant la pandémie actuelle de coronavirus. En 2021, 64 % des ménages américains branchés sur le haut débit ont déclaré utiliser de tels services de télésanté et des dispositifs numériques et que “les solutions de surveillance passive continue et les nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle seront essentielles à la communication entre les prestataires et les patients.”

Des articles vestimentaires qui permettent de surveiller divers états de santé, tels que les rythmes cardiaques anormaux, le diabète et l’asthme, à un dispositif médical IoT qui effectue l’auto-entretien, les avantages de l’IoT pour les soins de santé sont immenses.

Cela rendra les soins de santé plus accessibles et fournira aux professionnels de la santé des données inestimables. Associé à la 5G, à l’intelligence artificielle et au big data, l’IoT est prêt à révolutionner les soins de santé modernes.

Problèmes spécifiques liés à la conception et utilisation

Contrairement aux smartphones, dont la taille semble augmenter chaque année, la tendance pour les appareils connectés est d’être plus petits et plus légers. Pour les concepteurs d’appareils, cela représente un défi évident : créer un appareil qui non seulement est économe en énergie, gère facilement les données et fournit des performances exceptionnelles, mais qui est également stable, toujours connecté et suffisamment résistant pour faire face aux conditions du monde réel. Et qui a une belle apparence.

Mais il y a toujours plus. Sa conception est-elle facile à utiliser ? Favorise-t-elle l’interaction avec l’utilisateur et lui offre-t-il une expérience positive ?

Our-testers-search-for-bugs-on your-digital-products

Le conseil de Testbirds !

En parlant de petit, une technologie intéressante qui aide les développeurs à produire des appareils aussi puissants, mais toujours plus petits, est celle des cartes de circuits imprimés flexibles.

Cela pourrait valoir la peine de se pencher dessus !

Les ingénieurs concepteurs doivent donc tenir compte des 5 C :

  1. Connectivité – qu’il se connecte à d’autres appareils, au cloud, etc.
  2. Continuité – qu’il ait une autonomie prolongée.
  3. Conformité – que votre appareil réponde aux normes et aux exigences réglementaires.
  4. Coexistence – qu’il puisse fonctionner aux côtés / de façon harmonieuse avec d’autres appareils connectés dans des environnements IoT de plus en plus chargés.
  5. Cybersécurité – que les données, et autant que possible le dispositif physique, soient sauvegardés.

Cependant, dans une perspective globale de tests de logiciels, il serait également judicieux de commencer à considérer un sixième C.

Le Client et son expérience.

La conception de l’appareil peut tout prévoir pour fonctionner comme prévu, mais s’il n’est pas utilisable ou offre une expérience négative, il ne sera tout simplement pas utilisé.

Abandonnés à leur propre sort 

Comme nous l’avons déjà mentionné, chaque élément d’un appareil intelligent est essentiel. Si l’une d’entre elles est défaillante, c’est l’ensemble qui l’est. Qu’il s’agisse simplement de ne pas fournir la documentation appropriée à l’utilisateur ou d’utiliser une batterie qui ne tient pas longtemps, tout doit fonctionner de manière transparente.

Il est essentiel de s’assurer que l’appareil fonctionne comme prévu, que les failles de sécurité sont réduites au minimum et qu’il peut être facilement mis à jour si nécessaire. Et cela nécessite des tests IoT. Être capable de mettre sur le marché un produit performant et digne de confiance est un avantage concurrentiel évident.

Cela signifie également qu’il faille sortir les produits du laboratoire afin d’examiner de près la résistance de l’appareil aux défaillances lorsqu’il est utilisé dans des environnements de fonctionnement très variés, dans différents scénarios d’utilisation et avec des utilisateurs différents.

Our-testers-search-for-bugs-on your-digital-products

Le conseil de Testbirds !

Les tests IoT en condition réelle sont également un excellent moyen d’aider à déterminer le véritable motif d’un dysfonctionnement, élément essentiel dans la mesure où ces causes peuvent désormais être beaucoup plus difficiles à identifier. Si votre appareil ouvre et ferme un portail à distance, quelle est la véritable raison pour laquelle le portail ne se ferme pas ? Est-ce votre appareil ? Un problème électrique avec le portail ? Une batterie ou une connexion faible ? Quelque chose bloque le portail ?

Les tests IoT du monde réel avec des personnes réelles peuvent faire une vraie différence et garantir que votre appareil est utilisable, utile et – surtout – utilisé.



Insights

We provide you with the latest insights from the world of crowd testing

Stop guessing if your product meets the expectations of your users and start making decisions based on facts.

Internet of Things

Soyez ingénieux. Développer l’appareil idéal.

Nous contacter